8e Congrès mondial de l'IE

1.400 éducateur·rice·s sont réuni·e·s à Bangkok à l’occasion du 8e Congrès mondial de l’Internationale de l’Education, dont les 5 réprésentant-es suisses du SER et de LCH.

Au cours de la cérémonie d’ouverture, la Présidente Susan Hopgood a souhaité la bienvenue aux délégué·e·s et a commencé son allocution en leur lançant un défi, ainsi qu’aux éducateur·rice·s à travers le monde: « Êtes-vous prêt·e·s à pendre l’initiative? »

« Prendre l’initiative signifie faire avancer notre profession, promouvoir la démocratie, protéger les droits humains et syndicaux et défendre l’enseignement public gratuit et de qualité pour tous et toutes », a déclaré la Présidente de l’Internationale de l’Education (IE).

Elle a ensuite souligné que le renouveau syndical était l’un des principaux défis à relever lors de ce Congrès: « Nous allons aborder la question du renouveau syndical, c'est à dire mettre en avant les compétences de nos syndicats et leur capacité à définir une politique éducative pour contribuer à la réalisation de l’Objectif de développement durable 4 et organiser et mobiliser les jeunes membres pour participer à nos activités syndicales ».

Le changement climatique sera lui aussi inscrit au rang des priorités de ce Congrès de l’IE, a souligné Hopgood, en précisant: « La justice climatique passera d’abord par l’éducation et les enseignants et enseignantes, où que ce soit dans le monde ». L’éducation est un outil puissant pour sensibiliser l’opinion à l’urgence climatique mondiale et former de nouvelles générations de citoyen·ne·s éclairé·e·s et responsables.

Dans son message, Hopgood a également insisté sur les menaces qui pèsent sur la démocratie aux quatre coins de la planète: « Le nationalisme déprédateur ne cesse de gagner du terrain. La désinformation est une arme, un moyen de division au service des intérêts privés. Mais seule importe la vérité. Au-delà du pessimisme et de l’aliénation, le besoin de faire valoir des éléments factuels n’a jamais été aussi criant. » Il appartient impérativement aux enseignant·e·s et aux professionnel·le·s de l’éducation de dénoncer ces mensonges et de défendre des arguments probants face à leurs étudiant·e·s: « Nous devons combattre le mensonge et l’ignorance ».

Hopgood a conclu son discours inaugural en appelant au ralliement de la communauté éducative internationale: « Aujourd’hui, la démocratie lutte littéralement pour sa survie face à l’autoritarisme. Nous n’avons plus le choix. Nous ne pouvons rien céder. Nous ne pouvons plus attendre. Nous devons agir. Maintenant. »

Un mouvement syndical mondial unifié

Au cours de la cérémonie d’ouverture, Stephen Cotton, Secrétaire général de la Fédération internationale des ouvrièr·e·s du transport et Directeur du Conseil des Global Unions, dont est membre l’Internationale de l’Education, a adressé quelques mots d’encouragement et de solidarité à ses collègues.

Son discours, centré sur l’évolution nécessaire des syndicats dans un monde en mutation, a souligné l’importance de la collaboration entre les syndicats: « Les professionnels de l’éducation forment l’épine dorsale du mouvement syndical. Les syndicats du monde entier doivent se tenir aux côtés des éducateurs et éducatrices et soutenir leur combat. »

Bienvenue en Thaïlande

La cérémonie d’ouverture a rendu hommage à la culture thaïlandaise. Chants et danses ont rythmé les différentes allocutions des autorités et responsables syndicaux·ales.

Le Conseil de l’éducation de Thaïlande et les affiliés thaïlandais de l’IE ont réservé un accueil chaleureux aux participant·e·s.