Lancement de la campagne AVSplus

Les rentes du 2e pilier ne cessent de baisser. La personne qui prendra sa retraite ces prochaines années devra s’attendre à des pertes de rente salées. Parallèlement, les rentes sont à la traîne de l’évolution économique. C’est pour cela qu’il faut relever de 10 % les rentes de vieillesse de l’AVS, ainsi que le demande l’initiative AVSplus. De fait, l’AVS est la prévoyance vieillesse la plus efficiente, la plus sûre et la plus avantageuse de Suisse, comme l’a clairement expliqué l’« Alliance pour une AVS forte », mercredi, lors du lancement de la campagne de votation. (...)

L’AVS est sûre aussi parce qu’elle est beaucoup moins livrée aux forces impétueuses des marchés financiers que le 2e pilier. Comme elle dépense immédiatement sous forme de rentes la majeure partie de ses recettes, elle ne doit placer qu’une fraction de son argent alors que le 2e pilier doit par contre placer le sien de manière à ce qu’il soit rentable. Ce qui rend l’AVS extrêmement efficiente. En effet, cela nécessite pour elle beaucoup moins de coûts pour gérer son capital.

Pour ces raisons, il est plus que temps que l’on renforce l’AVS. Afin de garantir le niveau des rentes. Et afin que les gens puissent « maintenir de manière appropriée (leur) niveau de vie antérieur » une fois à la retraite, comme le demande la Constitution fédérale. L’initiative AVSplus veut relever les rentes de vieillesse de l’AVS de 10 %. Pour un modeste 0,4 % de salaire supplémentaire, et autant pour l’employeur, tout le monde recevra une rente nettement supérieure, soit en moyenne 2 400 francs par an pour les personnes vivant seules et 4 200 francs pour les couples mariés. Un tel rapport prix/prestation, seule l’AVS en possède un. Avec elle, un franc de cotisation rapporte le plus sous forme de rente, ce qui profite surtout aux femmes et aux jeunes. Car, dans les 2e et 3e piliers, il faudrait mettre beaucoup plus d’argent de côté pour financer une telle hausse des prestations.

Selon l’« Alliance pour une AVS forte », qui réunit tous les syndicats et les grandes organisations de salarié-e-s du secteur public, les organisations de retraité-e-s FARES et AVIVO, ainsi que le Parti socialiste, les Verts, la Jeunesse socialistes et les Jeunes Vert-e-s, il est donc clair que qui sait calculer, renforce l’AVS.

L’AVS doit être renforcée, dans l’intérêt les jeunes également

Intervention d'Emilie Graff, co-secrétaire générale d’AvenirSocial