Se préparer à l’arrivée de Moutier

Une unité administrative chargée de préparer l’arrivée de Moutier sera complète et opérationnelle à la fin du premier trimestre de 2018. Tous les services doivent faire l’inventaire des tâches à réaliser pour harmoniser les pratiques. Un inventaire syndical s’impose aussi.

Même si tout n’est pas encore clarifié juridiquement, nous partons du postulat que Moutier sera jurassienne le 1er janvier 2021. Il est bon de faire l’inventaire de ce qui est aujourd’hui différent et qui devra s’harmoniser, si possible, sans maintenir dans tous les cas de différences notoires.

De nombreux éléments amélioreront le statut des enseignants prévôtois en arrivant dans le Jura. On estime évident que ces aspects seront harmonisés en leur faveur. Mais qu’en sera-t-il pour les domaines où Berne est plus favorable que le Jura? Quelques exemples en vrac. Le premier élément qui vient à l’esprit est la promesse faite aux employés de l’État de Berne qui passeront dans le Jura, dont beaucoup d’enseignants, de conserver leurs droits acquis, à vie si nécessaire. Pour les enseignants, globalement, le passage de Berne dans le Jura est plutôt favorable en termes de salaires. Mais il existe des exceptions.

Les enseignants d‘écoles professionnelles, une bonne partie du moins, sont mieux rémunérés dans le canton de Berne. Il est difficile d’imaginer, par exemple pour certains enseignants de la division technique actuellement en procédure contre leur nouvelle classification, que des différences importantes de salaires soient introduites par cette arrivée de Moutier. Notamment que les enseignants de Moutier bénéficieront de droits acquis à vie alors que ceux du Jura n’en bénéficient ou bénéficieront que pendant deux ans.

La même question se pose pour les enseignants en économie familiale, qui bénéficient du même salaire que les enseignants secondaires à Moutier, alors que dans le Jura une diminution de trois classes est opérée pour «défaut de formation ». Du côté des directions d’écoles obligatoires, deux statuts existent dans le Jura: primaire et secondaire. Berne vient d’introduire un statut unique.

Le perfectionnement professionnel des enseignants est nettement mieux reconnu et pris en charge dans le canton de Berne. Une inégalité de traitement dans le Jura avec l’administration est manifeste. Dénoncée par le SEJ qui ne se taira que quand cette inégalité aura disparu. L’allègement lié à l’âge est double à Moutier, suite à la mesure OPTIMA dans le Jura qui ne passe toujours pas au SEJ. Le traitement en cas de maladie ou accident est versé à 100% pendant une année dans le canton de Berne. Pendant un mois seulement dans le Jura.

Dernier élément à évoquer pour l’heure, le transfert des avoirs LPP vers la Caisse de pensions du Jura. Il semble que les prestations sont assez semblables de part et d’autre. Cependant, l’obligation du transfert sera-t-elle imposée ou le choix sera-t-il laissé aux employés? Ou ce choix ne sera-t-il proposé qu’à certaines catégories d’âge?

Tous les aspects évoqués ci-dessus, et bien d’autres encore, doivent être abordés avec les syndicats, le SEJ, bien sûr, mais aussi le SEFB qui défend encore les enseignants de Moutier. Une structure d’échanges, voire de négociations, entre partenaires sociaux doit être créée. Nous reviendrons régulièrement sur ce thème de l’arrivée de Moutier, jusqu’en 2021, pour évoquer aussi des aspects structurels de l’école. Espérons que nous pourrons nous féliciter de l’ouverture du dialogue demandé par le SEJ. 

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.